Comment réussir le BDSM anal ?

Reussir BDSM anal

L’anal est une pratique sexuelle extrêmement fantasmée, synonyme d’angoisse et de curiosité lointaine pour certains, de pratique quasi quotidienne pour d’autres avec des expériences sexuelles intenses. Si la plupart des gens se limitent à un petit doigt dans l’anus pour titiller le point G chez les hommes ou pour exciter davantage la femme durant la pénétration, certains sont devenus experts dans la pratique BDSM anal avec l’utilisation de techniques et d’objets en tous genres. On vous donne les clés si vous souhaitez tester l’aventure BDSM pour en faire une réussite.

S'inscrire

close
eye
doit contenir au minimum : 8 caractères dont 1 majuscule, 1 chiffre, 1 caractère spécial (!&@?.#)
eye

La réussite du BDSM anal passe par la préparation et la communication

BDSM anal : preparation et communication

On ne s’aventure pas dans un trou de balles comme on va dans une bouche, c’est un orifice qui a besoin d’être préparé, surtout si l’on est novice en la matière. Il ne suffit pas de dire “oups je me suis trompé de trou” pour pratiquer cet art, la communication est de mise avant d’entreprendre quoi que ce soit.

La première étape pour réussir sa séance de BDSM anal est donc une communication ouverte et honnête entre partenaires où l’on discute des désirs, des attentes mais aussi des limites de chacun. L’objectif est d’obtenir un consentement mutuel clair qui peut être appelé contrat pour bien matérialiser la volonté de l’un et l’autre concernant son cul !

À partir de ce moment débute une préparation mentale. Il faut comprendre que les premières fois peuvent s’accompagner de sensations bizarres voire douloureuses à l’extrême (ce qui peut être justement le but recherché). Il ne s’agit néanmoins pas de bourriner au risque de se retrouver avec une fissure anale ou autre désagrément qui peut mettre un certain temps à se réparer. Durant cette étape, il s’agit de se détendre, de prendre confiance en son partenaire et de devenir à l’aise avec l’idée de la pratique.

Vient ensuite la dernière étape de la préparation : la préparation physique. On évoque ici surtout l’hygiène. Si certaines personnes sont scatophiles et aiment être en contact avec le caca, ce n’est pas le cas d’une majorité qui trouve cela inconfortable voire rebutant notamment en termes d’odeurs. Assurez-vous ainsi d’être au clair avec votre partenaire et si nécessaire de procéder à un nettoyage. Le plus simple reste de se laver le cul avec un peu d’eau et de savon mais certains préfèreront le lavement anal. À l’aide d’une petite pipette, c’est la première occasion de venir titiller le cul subtilement et d’y envoyer quelques jets d’eau.

Le plaisir du BDSM anal grâce aux matériels appropriés

Plaisir BDSM anal

Lorsque vous pratiquez la pénétration vaginale, vous n’y allez généralement pas à sec sinon la sensation peut être désagréable, le phallus ne peut rentrer dans le vagin voire se détériorer en cassant le frein par exemple. Les préliminaires jouent un rôle d’humidification des organes génitaux. Avec l’excitation, vous secréterez de la cyprine ou du pré-sperme qui va faciliter la pénétration et provoquer ce sentiment de tiédeur humide qui augmente le plaisir.

Il n’y a pas de liquide qui joue le même rôle au niveau de l’anus. Ainsi pour favoriser la pénétration du cul, vous avez deux possibilité :


  • réaliser un anulingus : si vous vous attardez bien à l’embouchure du trou du cul et n’hésitez pas à y déposer la langue à de multiples reprises, votre salive va se déposer et s’insérer jouant ainsi le rôle de lubrifiant naturel dans les fesses de votre partenaire

  • utiliser du lubrifiant : il en existe de toutes sortes, avec différents parfums qui peuvent même parfois être comestibles. On peut donc en déposer sur le trou du cul et ensuite se le bouffer pour un maximum de plaisir.

Le lubrifiant naturel (ou non) va ainsi permettre une pénétration anale plus en douceur. Si le BDSM joue sur la douleur, nous vous conseillons de tester vos limites par la suite. Vous pouvez par exemple commencer votre pénétration anale (ou celle de votre partenaire) par un doigt ou un petit plug, puis une fois bien excité(e) par un pénis, gode, jusqu’à tester d’autres ustensiles avec une plus grosse circonférence pour dilater au maximum votre trou du cul.

Il convient d’utiliser un matériel approprié et avec une hygiène irréprochable pour éviter tous risques d’infection. Si vous utilisez un sextoy, par exemple, assurez-vous de le nettoyer avant de le faire tourner de fesses en fesses pour éliminer le transfert de bactéries qui risquent d’être néfastes d’un environnement à l’autre. Bien sûr, pas de moyen trop drastique non plus, on évite l’eau de javel et autres produits toxiques, un simple nettoyage au savon de Marseille est suffisant.

Pensez également à éviter tout objet fantasque. Il existe suffisamment d’accessoires et de sextoys BDSM pour tenter d’aventurer autres choses dans vos fesses. Amusez vous avec des plugs, godes, pénis, boules de geïsha, stimulateur, vibro mais évitez les outils, les accessoires de cuisine, bouteilles et autres objets qui ne sont absolument pas faits pour cette pratique.

Pour les lubrifiants, même consigne. Utilisez soit du lubrifiant naturel comme de la salive, soit des lubrifiants que l’on trouve dans le commerce. Faire sa petite tambouille avec de l’huile, moutarde ou autres recettes n’est pas une bonne idée.

Le plaisir anal grâce à l’écoute continue de son corps

Vous pouvez assimiler votre trou de balles à un muscle. Il a besoin d’être entraîné avant d’être soumis à de trop grosses intensités. Quelqu’un qui n’a jamais couru par exemple, n’a pas les capacités pour courir un marathon, ses jambes le lacherait bien avant… Quand bien même il arriverait à faire un énorme bout de chemin en forçant, penser aux complications le lendemain et surlendemain avec les courbatures et douleurs musculaires qui peuvent aller jusqu’à l’empêcher de marcher et réaliser les mouvements les plus simples…

Il en va de même avec votre fessier. Si vous n’avez pas l’habitude de la pénétration anale, il ne faut pas tenter de battre des records en termes de durée ou de circonférence à y rentrer. Pour éviter toute complication, la pénétration doit être d’abord de courte durée et avec les objets les plus petits et plus simples. Sans quoi vous risquez d’avoir très mal et de conserver des douleurs sur plusieurs jours avec des déchirements aux toilettes ou l’impossibilité de vous asseoir sur vos fesses.

Commencez donc de manière très light et soyez à l’écoute de votre corps. Lorsque la douleur est trop forte, lorsque cela devient insupportable, votre organisme vous envoie une alerte qu’il faut saisir au vol. Pensez gradation de l’intensité : du plus doux au plus hardcore.

Pensez également à vous mettre d’accord avec votre partenaire sur des codes afin d’arrêter immédiatement en cas de douleur trop intense. Au judo, par exemple, lorsque votre adversaire tape sur le tatami, c’est que votre emprise lui fait trop mal (comme un étranglement) et qu’il préfère déclarer forfait pour mettre fin à la souffrance. Convenez également de signaux pour éviter une douleur trop intense qui risque de vous garder des séquelles et de vous fâcher définitivement avec une pratique qui aurait pourtant pu vous donner beaucoup de plaisir si elle avait été correctement mise en œuvre.

Il faut se montrer particulièrement vigilant lorsque vous jouez à un jeu de rôle. Si vous jouez par exemple une salope, si vous simulez un viol ou autre scénario assez hardcore, il faut réussir à interpréter la mise en scène de la réelle douleur. C’est là que le langage codé prend tout son sens !

Le BDSM anal ne s’arrête pas à la pénétration ou à l’orgasme

Pour ne pas souffrir trop longuement d’une pénétration anale BDSM, il faut penser à l’après. Les sportifs par exemple lorsqu’ils finissent une séance intensive finissent par un décrassage, des étirements, par boire beaucoup d’eau pour relâcher les muscles. C’est ce même genre de réflexe qu’il faut avoir pour votre fessier. On peut vouloir torturer son petit cul à coup de bite ou de gode le week-end, sans pour autant marcher en canard et avoir mal toute la semaine suivante.

Après la session anale, vous pouvez donc commencer par vous relaxer en prenant une bonne douche. Un bon moyen de se détendre tout en se nettoyant avec le sperme qui pourrait par exemple se mettre à couler de vos fesses dans les minutes ou heures qui suivent la pénétration.

Il existe également de nombreux soins comme des baumes pour apaiser les muqueuses de l’anus et éviter les picotements désagréables. Les plus gênés peuvent également entreprendre un lavement anal afin d’être sûr de ne conserver aucun résidu indésirable.

Privilégiez les produits d’origine biologique et 100% naturels. On ingurgite déjà suffisamment de cellules cancérigènes comme ça !

Pensez repos, ne retournez pas au charbon illico presto. Les sportifs n’entreprennent pas des matchs de compétition tous les jours. Pensez donc à vos fesses, quelques jours de repos peuvent leur faire le plus grand bien. Si votre partenaire est serviable, n’hésitez pas à le solliciter pour un massage, du fessier ou ailleurs. L’endorphine secrétée vous aidera à vous détendre et à trouver plus rapidement le sommeil.

Enfin, chez certaines personnes, il y a un besoin d’après-care émotionnel et psychologique. Concrètement, une fois la session de BDSM anal terminée, il est essentiel si vous avez tenté de dépasser vos limites d’assurer une communication rétrospective, d’inclure des moments de tendresse et d’affectation, d’éviter les jugements et critiques et pourquoi pas, d’envisager la suite à donner.

Découvrez nos autres dossiers sur l'univers BDSM

CGU Nous contacter Accès Partenaires Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter